top of page

Micronationalisme et actions caritatives

En dehors de ce que l'on peut créer et véhiculer depuis un ordinateur, les domaines d'activités réels des micronations restent limités. Certaines cherchent un sens au-delà de leur existence virtuelle. C'est par cette intention commune à un grand nombre que se sont développés les actions caritatives.



L'action caritative est un domaine dans lequel les micronations peuvent démontrer leur utilité et par conséquent, une forme de légitimité à exister. Cela concerne plus particulièrement les micronations ayant une population physique sur leur territoire d'activité, mais aussi celles dont l'existence même est motivée par une cause environnementale, culturelle ou sociale.


Commençons par la Ladonie, une micronation qui réunit tous les critères que nous venons de pré-citer. Son combat pour la liberté d'expression s'est concrétisé cette année par une exposition sur Lars Vilks, son fondateur décédé accidentellement sur la route en Suède.


L'évènement s'est tenu pendant le mois de juillet au Blå Hallen d'Höganäs, la commune qui avoisine la Ladonie en Suède et qui était son partenaire. L'exposition rassemblait les travaux de Lars Vilks et ceux d'autres artistes s'étant inspirés de lui. L'idée étant d'aider les visiteurs à saisir leurs interprétations et leurs pensées sur la libre expression.


L'exposition sur Lars Vilks co-organisée par la Ladonie et la Commune d'Höganäs en Suède

Partons à présent en Principauté d'Aigues-Mortes. La micronation s'est fondée sur le concept de la citoyenneté alternative pour dynamiser et promouvoir son territoire. Sa monnaie est toujours la seule monnaie micronationale au monde à être légalement en circulation. Au départ économique, cette réalisation connait aujourd'hui des répercussions positives sur ses actions sociales. Elles lui permettent en effet de détenir un réseau solidaire majeur au sein de la ville.


Grâce à ce réseau, des actions caritatives sont menées pour lever des fonds dans plusieurs domaines. C'est ainsi que la Principauté a participé à la rénovation d'une chapelle du XVème siècle et à une opération "octobre rose" en faveur de la lutte contre le cancer du sein. La ligue contre le cancer et la Principauté d'Aigues-Mortes poursuivent aujourd'hui des discussions pour réaliser des actions communes sous l'impulsion la Princesse Olivia-Eugénie d'Aigues-Mortes.


La Princesse Olivia-Eugénie d'Aigues-Mortes pendant l'opération "Octobre rose" à Aigues-Mortes

De son côté, le Prince Jean-Pierre IV d'Aigues-Mortes sera à Biarritz (France) le 10 octobre, au départ du Rallye féminin caritatif "Trophée Roses des Sables". Le Prince sera présent pour soutenir l'équipe de sa principauté. Les deux femmes pilotes Aigues-mortaises qui participent à cette course, distribueront des fournitures scolaires et des articles d'hygiène aux enfants qu'elles rencontreront dans les villages sur leur route au Maroc. Ces fournitures ont été en partie collectées par la Principauté d'Aigues-Mortes. Les participantes à ce rallye doivent aussi contribuer à la lutte contre le cancer du sein en levant des fonds avant leur départ. Là encore, la Principauté d'Aigues-Mortes a participé à cette collecte d'argent.


Le Chancelier de la Principauté, Monsieur le Duc Geoffrey de Mathes le Cailar a élargi  le gouvernement avec la nomination d'une nouvelle Secrétaire au Prince à la cause animale. Il s'agit de la Duchesse Claudia de Nyffenegger qui a pris ses fonctions cette semaine avec une campagne de sensibilisation à Aigues-Mortes pour soutenir un refuge de félins privé. Une levée de fonds par la vente des drapeaux de la Principauté a été mise en place à cet effet jusqu'à la fin du mois d'octobre.


" 61 000 dollars américains et plus de 7 000 heures de travail caritatif "

Traversons à présent l'Atlantique pour l'État de Sandus. Bien que cette micronation n'ait pas de programme caritatif officiel, les citoyens ont depuis longtemps une obligation sociale de faire de la charité dans leur vie personnelle, et cela a commencé dès les premières années qui ont suivi sa fondation. Dans l'État de Sandus, chacun décide de ce qu’il veut faire, de combien, de quoi (argent, travail, temps, dons) et à qui il le donne. Ce qui compte le plus, c'est d'être conscient du besoin des autres et d'avoir de la compassion.


Le très honorable Sôgmô Gaius Soergel Publicola, chef d'État et spirituel du Sandus

Pour veiller à ce que cette obligation légale soit bien suivie. L'État de Sandus remet un formulaire et des rapports trimestriels. Chaque trimestre, les citoyens remplissent un formulaire TC-3 : Charity Tax. Ils y déclarent quelle œuvre caritative ils ont fait au cours de la dernière saison. De nombreuses personnes donnent de l'argent à des causes caritatives (en particulier à des organisations ou à des causes religieuses, politiques et sociales), mais de nombreuses personnes font également du bénévolat ou donnent de vieux vêtements, meubles et ustensiles à ceux qui en ont besoin.


Depuis que l'État de Sandus a commencé à tenir des registres à l'automne 2012, 61 000 dollars américains ont été versés et plus de 7 000 heures de travail à des œuvres caritatives ont été consacrés par des citoyens sandes. On peut parler d'une performance colossale à l'échelle micronationale.


Depuis 2020, l'État de Sandus déplore une baisse significative de ses oeuvres caritatives chez ses concitoyens. C'est un phénomène post-covid qui a été constaté dans le monde entier et la micronation nord-américaine n'y fait pas exception.


Dans l'État de New York, la Maison princière Souveraine de Navasse axe son action sur deux axes, la première est en faveur de l'autonomisation des communautés en Haïti, en offrant des bourses d'études aux jeunes pour qu'ils puissent fréquenter des écoles (plus de 95 % des écoles primaires et secondaires du pays sont privées).


La Princesse Marie-Adelina (2nde sur la gauche) participant au Black Queer Creative Summit

La seconde soutient les groupes de défense LGBTQ+. La maison princière organise des événements et des initiatives en établissant et en entretenant des relations avec des groupes et entités locaux et régionaux. parmi ces initiatives, on trouve la création d'un site Web accueillants des nouveaux ménages LGBTQ+ en leur offrant des ressources pour s'installer dans des lieux moins hostiles.



Le Seigneur Mel 1er D'Auxilium

Nous le voyons bien à travers tous ces exemples, le micronationalisme s'inscrit pleinement dans l'action solidaire et cela se poursuit avec la naissance de micronations entièrement dédiées à de nobles causes. C'est le cas de la Seigneurie d'Auxilium, née il y a un an du désir de mieux accompagner les personnes âgées ou handicapées résidantes dans des maisons médicales spécialisées. Le jeune Seigneur Mel 1er d'Auxilium, espère faire entrer sa micronation dans la Microfrancophonie pour obtenir une meilleure visibilité et davantage de soutien micronational à sa cause.




Elles sont bien nombreuses, les micronations actives dans les oeuvres humanitaires, sociales, environnementales et culturelles. Nous ne pouvons pas toutes les citer avec regret. " On est ce que l'on fait" disent certains et c'est fort de ce dicton que nous reconnaîtrons au micronationalisme son exemplarité en matière d'oeuvres caritatives.





















61 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page