Micronations d'Italie : Un nouvel art

Dernière mise à jour : 21 janv.


La République libre d'Alcatraz ( Ombrie ) et le Duché de Bardo ( Piémont ), deux havres paisibles pour artistes en mal d'exploration. L'occasion de partager un entretien des plus captivants avec Sa Grâce le Duc Piercarlo Bormida de Bardo.


Le Président Jacopo Fo de la République libre d'Alcatraz et son improbable université.

Déclarée à la suite d’un mouvement contestataire à l’encontre du gouvernement italien, la République Libre d’Alcatraz se veut être une république de la poésie, basée sur la parole d’honneur et le respect mutuel. Une République qui a réduit de 90% sa consommation d’énergie et l’élimination de ses déchets. Elle produit plus d’énergie qu’elle n’en consomme et vend ce surplus à la principale compagnie italienne d’électricité.


Un concept bien à elle


La micronation compte aujourd’hui 193 habitants sur son territoire situé près de Gubbio, au cœur de l’Italie. Elle est née d’une idée de Jacopo Fo, fils de Darius Fo, célèbre dramaturge et metteur en scène italien ayant reçu un prix Nobel de littérature. C’est aujourd’hui un véritable écovillage rempli d’œuvres d’art de toutes sortes, qui propose l’été des cours étranges, comme la cul-thérapie, le yoga-fou ou l’apprivoisement éthologique du cheval. Ces cours en ont fait un lieu de séminaire estival artistique et décalé qui ne cesse d’attirer du monde des quatre coins de l’Europe.


Sa Grâce le Duc-Souverain Piercarlo Bormida de Bardo

Ce concept de micronation au service de l’art semble se renforcer au pays de la Comedia dell’arte, avec l’apparition il y a un peu d'un an de Bardo. Il s'agit d'un Duché très actif sur les réseaux sociaux et fort d'une communication tout aussi dynamique qu’esthétique. Cela n’a pas échappé à notre curiosité et nous nous sommes empressés d’interviewer Piercarlo Bormida, fondateur et Duc de Bardo. Le nouveau duché intentionnellement micronational qui favorise lui aussi, l’expression artistique.


Le Duché du Bardo est qualifié de micronation « intentionnelle ». Qu'entendez-vous par là ?


Dans une réalité où les êtres humains sont souvent conduits comme des robots sans volonté et animés par des impulsions commerciales visant à créer un monde de consommateurs involontaires, nous du Bardo (né comme une micronation principalement animée par des personnes conscientes du domaine artistique et holistique) nous revenons à une définition existentielle qui implique la participation active et consciente de la volonté. En ce sens, il s'agit d'une micronation intentionnelle, fortement ancrée dans le respect de la nature et dans le pouvoir créateur (et génératif) des habitants de la planète Terre. Être animé avec les meilleures intentions du monde n'est pas qu'un slogan.


"Nous avons acheté une propriété immergée dans les bois et changé radicalement notre mode de vie avec une attention toujours plus grande à l'écologie et au respect de la planète."

Pourquoi avez-vous créé votre micronation et de qui vous êtes-vous inspiré ?


L'idée de devenir une micronation est née d'un parcours communautaire qui a débuté en 2013 avec l'association culturelle du même nom. Je dois faire une brève introduction pour clarifier la raison de certains choix faits en ce sens : il y a une quinzaine d'années, j'ai décidé avec ma partenaire de quitter la ville et d'aborder un mode de vie plus proche des rythmes de la nature. Nous avons acheté une propriété immergée dans les bois et changé radicalement notre mode de vie avec une attention toujours plus grande à l'écologie et au respect de la planète, le tout uni par un sens artistique fort. Nous voyons l'art comme une réponse à la dégradation : nous sommes tous les deux artistes, nous ne pouvions manquer de transmettre cette sensibilité dans notre projet.


Nous avons donc commencé à organiser des événements et des ateliers avec des intervenants de différentes disciplines et nationalités, donnant vie à une communauté de personnes qui s'identifient à ce que nous faisons. Le passage de la communauté à la micronation a été réalisé le 20 février 2020 à la date de mes 50 ans : je me suis fait un joli cadeau, attendu mais fortement motivé !


J'ai une certaine passion pour la numérologie et les disciplines holistiques et ésotériques ainsi que pour l'héraldique. Je n'avais aucune inspiration extérieure pour dire la vérité, même si j'étais au courant des micronations que je respecte et que j’admire comme le Grand-Duché de Flandrensis avec lequel nous avons fait un pacte de reconnaissance mutuelle, puis il y a aussi Sealand et Christiania que j'ai visitée dans les années 90.



Le Palais Ducal de Bardo en Hiver

Avez-vous été en contact avec d'autres micronations italiennes avant de commencer la vôtre ? Quelle suggestion, soutien ou message avez-vous reçu d’elles?


J'ai toujours été fasciné par l'histoire de la république de l’île de la Rose et celle de Tavolara, mais aussi par la principauté de Seborga qui n’est pas loin. Je l'ai même visitée il y a des années et j'avais été très impressionné. Le duché de Bardo s'étend sur environ 20 000 mètres carrés dans la forêt de Torre Mondovì qui est située dans le sud du Piémont en Italie du Nord. Nous n'avons aucun contact direct avec les autres micronations italiennes, cependant j'ai quand même reçu un message encourageant de Jacopo Fo, le président de la République libre d'Alcatraz lorsque je l’ai informé de notre naissance. Il y aura certainement des opportunités de collaboration avec d’autres à l'avenir.


Localement, Quel genre de réaction avez-vous eu de la part d'autres personnes ?


Localement, nous avons été immédiatement accueillis avec une curiosité bienveillante : les gens nous posent beaucoup de questions, précisons ici que nous avons un bâtiment gouvernemental où notre bannière ondule et une plaque à l’entrée qui ne laisse planer aucun doute ! Ils finissent généralement par adhérer à la micronation. Après la récente inondation qui a frappé notre propriété, nous avons immédiatement reçu une réponse rapide de citoyens bénévoles du monde entier : cela témoigne de la fidélité de nos nouveaux concitoyens. Le fait que nous nous soyons fait connaître en tant qu'association culturelle dans les premières années nous a donné l'occasion d'être appréciés pour la continuité des initiatives culturelles et environnementales et donc de nous faire respecter. Je crois que c'était un choix important à faire avant d’aboutir à notre proclamation officielle.


" Une résidence artistique où le temps d'une demi-journée, les invités ont l'occasion de vivre leurs propres projets artistiques ".

Un autre aspect est que nous sommes de plus en plus contactés par des associations et entités officielles qui œuvrent pour la protection de l'environnement ou dans le domaine social. Le projet « Enlèvement » connaît un succès particulier dans la région car il amène des gens à découvrir notre petite réalité rurale : il consiste en une résidence artistique où le temps d’une demi-journée les invités ont l'occasion de vivre leurs propres projets artistiques tout en consacrant du temps pour le maintien de notre territoire, en prenant soin des jardins et des animaux du Bardo. Nous avons un petit sanctuaire d'animaux sauvés de la maltraitance. Tout cela se fait en échange du gîte et du couvert. Nous avons une liste d'attente assez encourageante de personnes souhaitant vivre cette expérience !



Des chevaux rescapés de la maltraitance animale courant dans la campagne bardonne

Pensez-vous que le micronationalisme sera mieux compris en Italie avec des projets comme le vôtre ? Comment comptez-vous communiquer pour attirer l'attention ?


Je pense que ce moment particulier de crise que traverse l'Italie est une bonne occasion pour faire grandir des communautés comme la nôtre. Nous ne sommes pas en désaccord avec l'État, nous n'avons pas l'intention de revendiquer une autonomie politique, autre que la nourriture et l'énergie.


Nous pensons que les États-nations traditionnels n’ont pas d’avenir durable. Nous attendons un changement, et en attendant, nous nous préparons. De plus en plus de gens se dirigent dans cette direction et beaucoup se rapprochent de l’idée de fonder une micronation.


Notre projet a un bon potentiel de résonance car il implique des opérateurs holistiques, des libres penseurs et des artistes de toutes sortes, dont certains sont internationalement connus dans leur domaine de référence. C'est l'une de nos forces. Nous avons par ailleurs des ambassadeurs et des ministres au Japon à Saint-Marin, et tout le monde travaille à promouvoir le Bardo avec enthousiasme.


Pour attirer l'attention, nous vivons à une époque où les réseaux sociaux sont incontournables. C’est donc de toute évidence que nous essayons de nous faire connaître en les exploitant au mieux (facebook, instagram, vidéo, etc. En même temps, nous organisons des événements impliquant des personnes qui ne nous connaissent pas encore en tant que micronation.


"Les Chevaliers du temps libre "

Nous avons récemment lancé une distinction qui nous permet de fédérer des personnes diffusant nos valeurs avec enthousiasme. Nous les avons appelés `` Chevaliers du temps libre '', car nous voulons souligner à quel point il est important de bien utiliser son temps libre, plutôt que de simplement rester sur le modèle du travail actuel. C’est grâce au temps libre que nous faisons grandir notre conscience. Nous croyons fermement au « loisir créatif » pour reprendre le terme à l’écrivain italien Domenico de Masi. Le bouche à oreille, combiné aux réseaux sociaux, est très important pour faire connaître le Duché de Bardo et le positionner de manière cohérente. C'est pourquoi il est important de donner le bon exemple au quotidien.



Des chevaliers du temps libre du Bardo

En tant que micronationaliste, qu'est-ce que vous considérez comme étant votre responsabilité et votre engagement. Selon quelle vision ?

Je crois vraiment au micronationalisme. Il est de ma responsabilité en tant que fondateur et régent du Duché de Bardo de donner d'abord un exemple. « Faisons de notre vie une œuvre d'art », dit Gabriele D'Annunzio.


J'ai donné vie au Bardo, et j'aimerais qu'il devienne une communauté de plus en plus cohésive : le nombre de personnes qui rejoignent le duché n'est pas important, mais la qualité de ces personnes l’est.


C'est là le plus important. Le respect de la nature et l'importance de la beauté artistique dans un monde jonché de plastique et d'ordures doivent progressivement devenir une priorité pour les gens. Le Duché de Bardo travaille à promouvoir la vision du monde dans lequel il se distingue : une vision du monde écosophique et libertaire notée pour une attitude holistique marquée.


Je suis né dans une famille avec une histoire baroque, liée aux fiefs médiévaux mais aussi aux peintres de cour, aux princes, aux pirates et aux révolutionnaires qui croyaient au pouvoir des idées. Les utopies demeurent telles tant qu’on ne les transforme pas en réalité. Au bout du compte, tout est possible et nous sommes ceux qui créons notre réalité.












80 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout