top of page

MicroCon EU 2023, une édition très instructive.

Dans la magnifique ville d'Ypres, la conférence a réuni de nombreux "grands" d'Europe et d'Amérique du Nord. Organisé par la République Royale de Ladonie et le Grand-Duché de Flandrensis. Cette première édition de MicroCon EU a démarré pile à l'heure à 9 heures du matin samedi dernier.


Les participants se sont réunis pour la photo traditionnelle dans la cour du manoir.

Tout a commencé avec le Grand-Duc Nicolas de Flandrensis et Sir Yvan Bertjens, secrétaire ladonien des Affaires étrangères, qui se sont présentés avec un clin d'œil à un personnage très controversé du micromonde. "Un ami sans avantage" vous dirait la plupart des participants. Cette introduction s'est avérée plutôt hilarante pour les micronationalistes suffisamment aguerris pour comprendre la boutade. Le ton était ainsi donné et la timidité habituelle des débuts s'est instantanément dissipée pour laisser place à la passion commune pour le micronationalisme.


Le premier MicroCon EU a commencé avec l'Archiduc Arthur de Ducktionary et Sir Yvan Bertjens discutant de " Comment gérer une micronation ?". Juste après eux, MikroWiki était présent et s'est présenté. Ce fut l'occasion de mettre en valeur la croissance et les résultats remarquables qu'ils ont obtenus après 18 ans d'existence.


L'empereur Olivier d'Angyalistan et le grand-duc Nicolas de Flandrensis se sont adressés ensemble au public, discutant des défis auxquels ils sont parfois confrontés en tant que micronationalistes. Ces défis incluent l'équilibre entre le travail et la vie professionnelle, ainsi que la famille et les amis, en particulier pour ceux qui sont parents.

Le Grand-Duc Nicholas de Flandrensis et l'Empereur Olivier d'Angyalistan

Le sujet suivant était centré sur les affaires étrangères et diverses approches des aspects culturels. Le ministre-président Dominic Desaintes-Bellemare de Saint Castin a présenté une description détaillée des groupes culturels classés comme ibéro-latino-américains, européens, anglo-saxons, francophones et asiatiques. L'analyse sur les différences culturelles et les modes de fonctionnement des micronations selon ces derniers n'a pas manqué de pertinence et apportera un réel appui à ceux qui en auront pris connaissance. M. Dominic Desaintes a reçu des applaudissements nourris à la fin de son discours. Le ministre Yvan Bertjens est ensuite revenu pour donner des exemples de bonne et de mauvaise diplomatie au sein de la sphère micronationale.


Pendant la pause du matin, une photo officielle a été prise dans la cour du domaine.


Le prince Vincent 1er d'Hélianthis a ensuite évoqué les micronations territoriales, faisant référence aux micronations françaises historiques. Il a mis l'accent sur les actions axées sur le dynamisme local et sur la manière de favoriser l'engagement au service de ces territoires. Pour ces micronations, l'établissement d'une relation solide avec la population et les partenaires sociaux ou publics sont la clé du succès.


Miss Ffion MacEvoy a présenté "Créer un pays pour sauver la planète". Elle a commencé par donner une définition claire et intéressante d'un État, y compris ses différents statuts et formes. Elle a ensuite abordé l'échec des États à faire face à la situation climatique mondiale et a démontré le rôle et les alternatives que les micronations environnementales peuvent offrir.

Le Prince Jean-Pierre IV d'Aigues-Mortes et son Chancelier, le Duc Geoffrey MATHES

Après la pause déjeuner, le Prince Jean-Pierre IV d'Aigues-Mortes et son Chancelier, le Duc Geoffrey Mathes, ont ouvert la séance de l'après-midi en discutant du financement d'une micronation.

Le sujet était particulièrement attendu par les participants. Ils couvraient les contributions citoyennes, la vente de produits dérivés et les options de financement participatif, que la Principauté d'Aigues-Mortes utilisait pour financer sa monnaie locale, le « flamant ». Le chancelier Geoffrey Mathes a suivi avec des discussions sur les ventes de titres et l'organisation du jeu.


Lloyd Bryant a ensuite parlé de la blockchain et de la technologie. Après une démonstration technique expliquant la blockchain, M. Bryant s'est penché sur les crypto-monnaies, les portefeuilles et la manière dont ces technologies peuvent être appliquées aux micronations.


La Première Dame Adrianne de Molossia, la Grande-Duchesse Delphine de Flandrensis et l'Impératrice Clotilde d'Angyalistan ont partagé leurs expériences en tant qu'épouses micronationalistes avec le public. Leurs témoignages portaient sur la gestion de la vie familiale parallèlement aux activités micronationales. La tâche n'est pas toujours facile, mais chacune a su faire preuve d'une capacité à exercer le juste équilibre entre le soutien à la passion de son mari et la vie de famille.


De gauche à droite : la Première Dame Adrianne de Molossia, l'Impératrice Clotilde d'Angyalistan et la Grande-Duchesse Delphine de Flandrensis

Faire face aux médias peut être difficile pour les micronationalistes. Le grand-duc Travis de Westarctica et le président Baugh de Molossia ont partagé leur vaste expérience sur ce sujet. Là encore, beaucoup ont apprécié les retours et conseils de ces deux géants du micromonde.


Une pause-café a suivi avant que le prince Frei de Lorenzburg ne discute de la construction mondiale et de la création d'une stratégie de marque. Il a partagé sa technique pour construire une micronation, soulignant l'importance de créer une culture distincte tout en étant prudent quant à l'appropriation culturelle. Un discours vraiment inspirant pour ceux qui voudraient créer leur propre micronation.


Le Prince Freï de la très sérène principauté de Lorenzburg

Le sultan Randy R. Dub Williams du Slowjamastan a partagé son expérience sur le lancement d'une micronation réussie. Il a encouragé le public à commencer à se poser des questions essentielles : Pourquoi créer une micronation ? Quel est son but? A qui est-elle destinée ? Comment puis-je faire passer mon message ? Le sultan a souligné que les gens ne se soucient d'une micronation que si elle ajoute de la valeur à leur vie. Pour y parvenir, une narration efficace qui résonne avec les émotions des citoyens est cruciale. Un discours véritablement inspirant et fort au final pour de nombreux micronationalistes en quête d'un nouvel élan, mais aussi pour les débutants. Le témoignage est d'autant plus fort que le Sultan a connu une ascension jamais vue jusqu'à aujourd'hui.


Le Grand-Duc Nicolas de Flandrensis a ensuite discuté du Règlement général sur la protection des données (RGPD) et de la manière de protéger les données personnelles collectées sur les sites Web. Le RGPD est un règlement européen qui a des équivalents équivalents dans plusieurs pays.


Le Dr Sandra Petermann de l'Université de Mayence a parlé de la pertinence du micronationalisme. Elle a présenté neuf ensembles de motifs pour créer et gérer des micronations, qu'elle a identifiés lors de ses visites dans diverses micronations. En conclusion, elle dépeint les micronations comme des miroirs sociaux, fonctionnant comme des laboratoires et des champs expérimentaux. Alors que les médias qualifient souvent les micronationalistes d'excentriques, le Dr Petermann a souligné l'origine du mot «excentrique» du latin, qui signifie «hors du centre». Ce concept est peut-être précisément ce dont le monde a besoin pour se protéger d'une globalisation culturelle totale. Son discours s'est avéré très pertinent et apprécié du public.


Le président Baugh de Molossia est revenu sur scène pour discuter de la protection contre le burn-out micronational. Il a souligné l'importance d'avoir une économie, suggérant la devise "Faire des trucs et vendre des trucs" tout en maintenant le principe de base de garder les choses amusantes et simples.


Le Grand-Duc Nicolas de Flandrensis a annoncé les résultats aux côtés de son ami le ministre Yvan Bertjens qui ne s'attendait pas à faire partie des choix des enfants.

La fin de ce MicroCon sera marquée par une remise de prix surprise donnée par les enfants du couple grand-ducal de Flandrensis et du couple impérial d'Angyalistan. Les tout-petits royaux ont remis une médaille au ministre Yvan Bertjens en tant que personne la plus sympathique de la conférence. Le Prince Jean-Pierre IV a reçu la médaille du plus beau costume et c'est la délégation de Glamorgannwg Indigenous People qui a été décoré pour le plus beau drapeau.


Un apéritif accompagné de champagne était ensuite offert aux convives dans la cour. C'était le moment traditionnel des échanges de médailles et de distinctions. Puis le banquet de clôture a marqué la fin de ce premier MicroCon européen qui avait résolument mis l'accent sur un haut niveau de qualité pédagogique.


Le Ministre-Président Dominic Desaintes-Bellemare de Saint-Castin

La prochaine MicroCon 2025 qui se tiendra à Montréal a été présentée en fin de conférence par M. Dominic Desaintes-Bellemare, l'un des co-organisateurs de la prochaine édition de ce grand rendez-vous micronational qui ne prévoit pas d'édition européenne.



Posts récents

Voir tout
bottom of page