top of page

La pérennité des micronations : entre l'éphémère et la durabilité

La question de la pérennité des micronations est intimement liée à la volonté de leurs fondateurs de les animer et de les faire perdurer. Dans la plupart des cas, il est complexe pour une micronation de survivre à son créateur. Cependant, des exemples de passation de pouvoir entre fondateur et successeur prouvent que la pérennité d'une micronation est possible.


Sur cette photo de Theo Denker, 3 générations de Princes de Sealand sont représentées.

Parmi les succès notables figure celui de Seborga, une micronation en Italie. Après la fondation par Giorgio Carbone, la cité a mis en place des élections démocratiques pour choisir son Souverain. Depuis lors, Seborga a connu trois Souverains successifs : Luigi Ier, Marcello Ier, puis Mina, qui est actuellement à sa tête.


Un autre exemple significatif est celui de Christiana, au Danemark. Cette micronation au cœur de Copenhague fonctionne depuis sa création en 1971 avec une collégiale régie par un système de gouvernance particulier. Grâce à cette structure, Christiana a maintenu son existence bien au-delà de celle de ses créateurs.


Toujours en Scandinavie, Ladonia, une autre micronation majeure, créée par Lars Vilks, illustre également cette transition réussie. Après le renoncement de Vilks à la tête de sa micronation, le cabinet des ministres avait organisé un vote qui conduisit à l'intronisation de l'actuelle Reine Carolyn en septembre 2011.



SCOOP MICROCOSME.INFO : SAS le Prince Jean-Pierre IV d'Aigues-Mortes devrait donner une conférence de presse relative à sa succession dans les prochains jours. Information relayée par le palais princier d'Aigues-Mortes.


Dans les exemples de poursuite par la voie démocratique, La Principauté d'Aigues-Mortes devrait dans le courant de l'année, proposer à ses citoyens un vote d'approbation pour la succession au trône. Dans cette micronation, c'est le Souverain qui, s'il n'a pas d'héritier par filiation, doit sélectionner un héritier qui ensuite, doit être approuvé par vote de l'Assemblée Générale des citoyens.


SMI l'Empereur Ivan VII Aleksandrovych de Pavlov

Les transitions de pouvoir ne font pas toujours l'objet d'un procédé démocratique sans que cela pose un problème aux administrés des micronations concernées. Prenons l'exemple de l'Empire de Pavlov, fondé en juillet 2012. Cette micronation, basée sur une monarchie absolue inspirée de la Russie impériale, a vu son fondateur, l'Empereur tout-puissant Alexandre IV, décider de ne plus poursuivre d'activités micronationales. Plutôt que de laisser son empire sombrer dans l'oubli, il a opté pour la désignation et l'installation d'un ami proche comme successeur. Ainsi, aujourd'hui, sous le règne d'Ivan VII Aleksandrovych, l'Empire de Pavlov maintient sa pérennité grâce à cette transition planifiée.




Il est intéressant de noter que la grande majorité des micronations adoptent des régimes monarchiques, ce qui reflète le souci des fondateurs de conserver le contrôle sur leur création, un peu comme Dieu lui-même continue à le faire sur le monde. Cette tendance se retrouve notamment chez des micronations telles que la très célèbre Principauté de Sealand, où la tradition héréditaire propre aux monarchies a permis de maintenir leur existence.


En effet, il existe peu de différences avec les grandes monarchies européennes, si ce n'est que parfois, l'héritier désigné n'est pas toujours armé ni motivé pour assumer le rôle. C'est le cas de la regrettée Principauté d'Hutt River en Australie, qui ne survécût que 3 ans et 6 mois après l'abdication de son Prince-fondateur Léonard. Cet exemple glaça le sang de plusieurs monarques micronationaux qui aujourd'hui ont bien pris conscience de la nécessité de bien préparer leurs successions.


LL.AA.SS Le Prince Léonard d'huit River(à gauche) et son fils, le Prince Graeme (à droite), dernier et éphémère Souverain de cette principauté australienne. Le Prince Graeme a régné sur Hutt River du 11 février 2017 au 10 Août 2020.

En conclusion, Les micronations révèlent un équilibre délicat entre la volonté des fondateurs de les voir survivre et les mécanismes mis en place pour assurer leur pérennité. Bien que la disparition des fondateurs puisse présenter un défi pour leur survie, des exemples tels que Seborga, Christiana, et Sealand illustrent différentes approches qui ont permis à ces entités de traverser les générations. En fin de compte, la pérennité des micronations dépend de leur capacité à s'adapter et à évoluer avec le temps, tout en préservant l'esprit et la vision de leurs fondateurs.







Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page