top of page

3ème sommet de la Microfrancophonie à Blaye

La Covid19 n’aura finalement pas eu raison de la détermination des organisateurs. Suite à divers reports liés à la pandémie, le troisième Sommet de l’Organisation de la Microfrancophonie (OMF) s’est tenu en Principauté d’Hélianthis le 27 et 28 août 2022.


Photo officielle du 3ème sommet de la Microfrancophonie par Thibaut Plaire


La Citadelle de Blaye, haut lieu historique de Gironde, a vu défiler des Monarques, des Présidents et des Dignitaires micronationaux sous les yeux tantôt émerveillés et tantôt interrogateurs des riverains et touristes.


S.A.S le Prince Vincent 1er d’Hélianthis, a mis un point d’honneur à organiser ce Sommet sous le signe de l’ouverture. Sur les treize entités micronationales présentes, six n’étaient pas membres de l’OMF mais ont su très vite trouver leur place autour du partage d’une langue et de valeurs communes. Chaque micronation participante disposait de son propre stand, où figuraient drapeaux, armoiries, documentation, emblèmes et apparats en tous genres.



SAS le Prince Vincent 1er d'Hélianthis, hôte de ce 3ème sommet de la Microfrancophonie

La journée du samedi a démarré par les présentations de chaque entité. Parmi les membres de l’OMF : l’Empire d’Angyalistan, les Principautés d’Hélianthis, de Bérémagne et d’Aigues-Mortes, les Républiques de Padrhom et du Jaïlavera, puis pour finir, l’Institut Fomoire. Parmi les invités externes à l’organisation : les Républiques du Saugeais et du Dibistan, la Principauté de Laàs, le Grand Duché de Kuragon, le Duché de Simerya et l'ilocratie tétalanoise. Tous ces petits pays autoproclamés se sont succédés pour partager leurs histoires, leurs mythes fondateurs, leurs visions et leurs projets.



Ces prises de parole ont été ponctuées par des interventions sur des thèmes liés au micronationalisme. Deux d’entre elles ont été conduites par des sympathisants externes à l’organisation.En effet, l’universitaire Sandra Petermann a partagé son regard académique sur le thème « Réflexion sur la pertinence d’une nation au sein de la nation ».

Gil ZINCK, auteur d’un Mémoire universitaire sur les micronations, a abordé le thème « Micronations et formes artistiques ».


La journée du samedi s’est conclue par une visite de la Citadelle et d’une partie du vieux Blaye extra-muros à bord d’un petit train touristique. Les convives ont, par ce biais, été conduits au Château Marquis de Vauban.


Lors de cette belle soirée , les liens entre micronationalistes francophones se sont renforcés et de nouvelles amitiés ont émergé. La soirée s’est conclue par une prise de parole du Secrétaire Général, le Duc Geoffrey MATHES, qui a remis le prix Molière au Professeur Sandra Petermann et à Gil ZINCK pour leurs contributions à l’étude et à la vulgarisation du concept de micronationalisme.


S.A.S le Prince Vincent 1er d’Hélianthis a remis un certificat honorifique à Monsieur Simon Marguet, Président de la République du Saugeais, « pour les relations d’amitié et de confiance qui unissent la République et l’Organisation ».



La journée du dimanche s’est structurée autour de thèmes appliqués comme la création de langues, de monnaies et de devises micronationales.


Le Duc Geoffrey MATHES a animé un atelier intitulé « Présenter efficacement sa micronation et son projet micronational ». Des groupes de travail se sont constitués pour mettre en application une méthode de présentation et prendre du recul sur les ressorts fondamentaux de chaque micronation. Après avoir cité des auteurs et figures micronationales reconnus tels que Robert Ben Madison, Fabrice O’Driscoll ou Peter S. Rasmussen, le chef du gouvernement aigues-mortais a également proposé sa propre définition du terme « micronation » :


« Une entité fondée par un individu ou par un petit groupe d’individus, et qui reproduit tout ou partie des caractéristiques d'une « nation » selon la définition de l’ONU, sans être reconnue par cette Organisation internationale ni par ses Etats-membres. Le concept de « nation » (selon l’ONU) doit être entendu comme une « communauté politique établie sur un territoire défini, et personnifiée par une autorité souveraine. » Dans le cadre d’une « micronation », le « territoire » peut être conçu comme un espace physique naturel ou artificiel, comme un espace virtuel ou comme un espace quantique. La notion de souveraineté peut tantôt être appréhendée de façon symbolique voire parodique, tantôt s’affirmer à travers de réelles revendications indépendantistes, sécessionnistes ou autonomistes. »


Le Sommet s’est conclu par des signatures de traités et des usages protocolaires. Tandis que certains reprenaient la route pour un retour à la vie civile, les plus chanceux ont profité d’une dernière visite touristique, sous la supervision attentive du Prince d'Hélianthis.







Posts récents

Voir tout
bottom of page